jeudi 22 février 2018

Under stormy night, tell nobody



Je suis allée chez l'osthéo... pour ma chatte.
On reprend :
J'ai emmené ma chatte chez l'osthéo. 

L'animal.

C'est bon, tout le monde a repris ses esprits ?

Il se trouve que mon gentil géant de 5 kilos s'est transformée en panthère des neiges aux griffes acérées depuis quelques mois. Ça coïncide à peu près à sa stérilisation qui a été suivie de complications pour lesquelles elle a été hospitalisée une semaine pendant la canicule.

Il y a un mois, je l'ai emmenée à une expo féline pour trois bonnes raisons : 1) Molly - ma chatte donc - adore ça 2) ça fait de la pub à son éleveuse, et son éleveuse le mérite 3) elle devait passer la conformité qui fait d'elle officiellement un vrai chat de race© (et après on aurait été tranquilles POUR LA VIE)

Surprise de dernière minute, on m'a annoncé qu'on allait être suivies par les caméras d'une grande chaîne putassière.

L'introvertie puissance 1000 et la meuf fatiguée de la triple vie qu'elle mène depuis quatre ans en moi ont pas envisagé ce week-end hyper sereinement, j'dois avouer.

Au final, on est restées qu'une heure sur place au lieu de deux jours parce que Molly nous a attaqué et son éleveuse et moi jusqu'au sang pendant qu'on la brossait (ce qui est totalement indolore et habituel). Et les seules images diffusées concernant mon éleveuse sur la chaîne putassière furent celles de ma lionne en train de rugir et de cracher face cam' (un peu comme quand vous emmenez votre gosse au travail et qu'il fout la honte à vos ancêtres sur trois générations).

Je suis repartie avec Molly dans le dos, interceptée à la sortie par un vigile qui m'a demandé le ticket de caisse de ma chatte, croyant que je l'avais achetée sur place.
Une explication plus tard, je posais Molly à mes pieds dans un Uber et elle miaulait de joie à nouveau. Non pas parce qu'elle aime le goût du sang, mais parce qu'elle a une passion pour les voyages en voiture. Ainsi que pour l'eau. Et les décorations de noël. Et sa couverture bleue qui sent à peu près comme le cadavre d'un poisson qui aurait mangé un rat mort.

En la regardant quémander des caresses, sur le chemin de la maison, je me suis dit qu'il fallait que j'agisse. Ce n'est ni dans son caractère ni dans celui de sa race de faire des trucs pareils, et vu que j'ai total la guigne avec mes animaux, je ne laisse plus rien passer.

Pour rappel, le précédent, l'amouuuur de ma vie d'adulte est mort à 2 ans et demi après deux opérations très pénibles.  
Résultat ma chatte a une mutuelle et pas moi. Y avait pas le budget pour les deux et il est de notoriété publique que "prendre soin de moi" est ma priorité number ouane.

C'est comme ça que ma chatte a atterri chez l'osthéo.

J'avais très très peur que Molly arrache un œil ou deux à la véto, mais il se trouve que pour une fois j'ai fait bonne pioche. Ellea commencé par me demander poliment de bien vouloir reculer hors du champ de vision du chat parce que la "connexion entre nous est si forte" que ça l'empêche de faire son boulot tranquille. Ok, then.

Je recule dos au mur et je tremble un peu à l'idée que le chat Freddy Kruegerise cette pauvre praticienne mais c'est elle qui l'aura cherché après tout. 

C'est à ce moment là que l'éleveuse – qui était du voyage, parce que les bonnes éleveuses assurent le service après-vente, surtout quand le modèle en a après votre jugulaire – a sorti une réplique qui m'a fait vivre un de mes plus grands moments de solitude : 
"Ah non mais c'est pour ça que je confie pas mes chats à des filles seules d'habitude, ça créée des liens trop fort et après quand il arrive quelque chose au propriétaire le chat est irrécupérable."

Alors 1) je ne suis pas une "fille seule"... j'ai une coloc... qui est pas là souvent... mais quand même ! 2) c'est une chose de faire passer son chat avant sa propre santé, c'en est une autre que d'entendre une tiers personne être d'accord et le dire 3) POURQUOI IL M'ARRIVERAIT QUELQUE CHOSE JE N'AI PAS ENCORE TRENTE ANS STATISTIQUEMENT C'EST TRES PEU PROBABLE MEME SI OK JE PRENDS L'AVION BIENTOT !

Contre toute attente, Molly Brown, chat au fort caractère de son état, s'est laissé total faire. Il y a eu ce moment digne du film Ghost où l'osthéo, à moitié couchée par dessus son dos a parlé comme si mon félin s'adressait à moi :
"Elle ne vous en veut pas. Elle a simplement beaucoup souffert. C'est la mémoire traumatique de la douleur qui ressort, mais ce n'est absolument pas dirigé contre vous."

Huh-huh.
Oui oui oui. 
Et on pourrait essayer de communiquer avec l'esprit de mon chat mort d'avant ou c'est en supplément ?

Bref, apparemment ça va passer après encore une ou deux séances de remise en place (et en confiance) de la Bête. Si la prochaine séance envoie encore plus de bois que celle-ci, je ne manquerai pas de vous en faire part.

En attendant voici quelques photos prouvant à quel point ce chat est soumis à un stress énorme proche de la maltraitance :
 



[Avec un cameo de la couverture bleue-de-la-mort, odeur not included]



 

jeudi 15 février 2018

Oh, I've tried to speak but there's nothing left to say


[Kamoulox !]

Ce soir, je frétille parce que je suis invitée à une fête.
Je suis jamais invitée à des fêtes.
Non pas que je sois une sans-amie qui parle toute seule et passe la Saint Valentin avec son chat en vidant une bouteille de vin rouge, mais mes amis, justement, n'organisent jamais de fêtes (ou alors le font très discrètement et ne m'invitent pas, ce qui serait très très cruel et je ne les pense pas capables de ça).

C'est toujours moi qui donne l'impulsion "Hey hey, on se voit ? On se fait un film ? Un resto avec des patates et du fromage ? Une belote ?"

Parfois, ma paranoïa frappe trop fort à la porte et je me demande ce que ça ferait si j'arrêtais de proposer des trucs. Parfois, je suis dans une phase dépressive et j'arrête vraiment de proposer des trucs, et le fait est qu'effectivement, quand on cherche on trouve.

J'ai depuis peu fait la paix avec cette petite voix qui me hurle "personne ne t'aime, tu n'as pas d'amis" parce que les anti-dépresseurs m'ont fait comprendre que si des gens s'enquiquinent à faire partie de ma vie depuis 8 ans (et plus), c'est pas juste du masochisme ou parce que ma chatte a le poil soyeux. 

J'ai compris que mes amis n'étaient pas du genre à organiser des fêtes, des sorties, des tartiflettes et des virées à l'autre bout de l'Europe pour attendre dans le froid un groupe de jeunes anglais aux cheveux gras (bon, sauf une). 

Parfois – rarement, donc – je suis invitée à une fête mais je suis physiquement incapable d'y aller. Parce que je n'y connaîtrai personne, qu'il faut faire plus de transports en commun que mon quota anxiété ne le permet ou parce que ce jour-là, d'autres gens, d'autres événements m'ont vidée de mon énergie (pour vous donner une idée : quand je me retrouve au milieu d'une foule mon énergie a la durée de vie d'une batterie d'Iphone 4)

Mais ce soir, je connais tout le monde ou presque, c'est direct en bus et j'ai bien besoin de me détendre. Alors je frétille. Je suis un peu anxieuse, mais de l'anxiété sympa. Comme un trac social.

Souvent, la vraie moi, la meilleure moi, se réveille à la nuit tombée. Si vous déjeunez avec moi, je ne suis qu'un tiers présente, au mieux. Mais le soir, la nuit, je suis en pleine possession de mes capacités. Je peux être drôle, je peux être brillante, je peux même être intéressante.

La société a décidé d'imposer au plus grand nombre des horaires qui les privent des deux-tiers les plus fascinants de ma personne : c'est son problème.

Moi, je me contente de frétiller dans mon coin d'avoir été invitée à une fête, de me réjouir que les astres se soient alignés pour me donner la possibilité et les ressources de m'y rendre, et comme d'habitude je vais ramener trois fois trop de choses parce que je suis secrètement très très reconnaissante d'avoir été invitée, qu'on ait souhaité ma présence, à une fête.





lundi 29 janvier 2018

You, my dear, shouldn't fear what lies below


[It's just bones]

J'ai une collection d'endroits.
Une collection d'endroits où je me sens bien, en phase.
Au pied de l'horloge astronomique de Prague.
Pine tree arch dans l'Utah. 
St Nicholas churchyard, à Deptford, forcément.
Ma plage en bord de Seine, pleine de tétanos, de boue et d'une variété de petits cailloux.
Les plaines de la Puszta en Hongrie, les éleveurs de chevaux, et les vieux, copains avec les hirondelles.
Le petit Mont où le Lion de Némée s'est fait terrasser par ce gros lourd d'Héraclès, à Mycènes.
Ce café, dans la vieille-ville de Stockholm, où un arbre géant et roux semble défier le temps.
La bibliothèque/salle de cours de la Sorbonne avec sa fenêtre donnant sur la cours, un soir de neige.
(...)

Et puis il y a mon arbre, en face de la tombe d'Oscar, qu'ils ont affublé d'un point vert et qu'ils vont bientôt couper.

Certains endroits sont amenés à disparaître.
Certains ont déjà disparus.
La table de la cuisine de chez Mémé. Et ses odeurs. Ses couleurs sépias. Le pétrole du poêle. Le steak de pépé. Les frites. La serviette géante autour du cou et faire attention à pas se cogner la tête au placard en se levant. 
Le banc, dans leur jardin, d'où je regardais les nuages passer quand la pression extérieure était trop grande.
Me faire cuire au soleil devant les roses, à l'arrière, sur les petites marches bleues menant aux portes-fenêtres du salon. Le carré. Le cellier. Mon poteau. Jules. Les clapiers. La clôture verte près du pommier et des fraises des bois, frontière avec la voisine-meilleure amie.
La pelouse interdite.
Les trois petites marches en béton et la barrière repeinte méthodiquement, sauf les dernières années.

Le rebord de fenêtre du Hilton de San Francisco, au 12 000 ème étage dans les airs. Cachée entre le rideau et double-vitrage, à 5 centimètres du vide. 

Ma balançoire, dans le jardin de mes parents, quand l'herbe était assez tondue pour que j'y aille sans rencontrer de vipère.

Ce banc, sous cette caricature d'Oscar, dans ce pub sur les Grands Boulevards, avec mes amies qui allaient le rester – ce que j'ignorais. Une soirée avec des verres, des rires et des certitudes.

Ça a disparu, mais c'est accessible, en pensées. 

Et puis il y a ce matin de gueule de bois légère, où je me suis retrouvée con. Timide et seule avec le type auprès de qui j'avais dormi en tout bien tout honneur, dans le canapé du salon de potes. Les potes étant partis, pour l'un au boulot, pour l'autre, faire les courses.

De jour, je faisais moins la maline.
De jour, je ne pouvais pas ignorer à quel point il était beau et surtout à quel point il me plaisait.
Alors j'ai pris une chaise, je l'ai mise dans un coin de la pièce, face au mur, et je me suis assise dessus, dos à lui, pour évacuer sa présence et me permettre de reprendre au moins une respiration.

Comme ma zone de confort était malgré tout difficile à rétablir, j'ai pris le premier livre qui passait pour m'occuper les mains, les yeux, et le cerveau.

Sauf qu'il était très drôle, ce petit livre. Et j'ai ri. C'était malgré moi. J'avais très fort conscience que rire allait éveiller l'attention du garçon, lascivement étendu derrière moi, et que je tentais très fort d'occulter. 
Forcément, l'attention fût éveillée.
Et j'ai été conséquemment obligée de lui livrer un morceau de moi. De lui dire, avec mes mots fébriles et hachés et ma prononciation rapide, pas très compréhensible, surtout quand je suis de dos, sans les mouvements des lèvres pour aider, ce qui venait très exactement de provoquer mon hilarité.
C'était le Danger. Le danger que ça le fasse pas rire lui. Ou que j'échoue à être fidèle à la drôlerie du gag avec ma façon de raconter bancale. Comme j'échoue si souvent à partager la complexité de ce qui se trame dans ma tête et qui se traduit tant de fois par un lacunaire "non mais rien."
Sauf qu'il a ri. 
Alors je me suis détendue et je me suis assise en biais. Pour le voir et pas le voir en même temps. (Si je ferme les yeux il me voit pas).
J'ai arrêté de retenir ma respiration pour éviter de respirer son air et de le laisser entrer partout en moi et ne plus jamais repartir.
Ce fut le premier gros coup de cœur. Pas "coup de cœur". Mais le premier battement du cœur plus fort que les autres qui te stoppe ton rythme bien intégré et qui te rappelle que tu AS un cœur et qu'il BAT (ce con). 
Du coup, il bat très vite, parce qu'il a fait un loupé et qu'il court après son propre rythme comme un con de cœur qu'il est.
Bref. Ce garçon beau et drôle et charmant et qui riait à mes blagues et à l'expression maladroite de mon monde intérieur complexe a fait faire un "boum" sûrement audible à mon cœur avec son rire, avec son rire seulement.

C'était beau. C'était suspendu. J'ai rougi.
Je me suis donné pour devoir de le faire rire à nouveau. Parce que c'était agréable pour l'égo et que, pendant ce temps là, je pouvais le regarder sans passer pour une folle scrutatrice.

Il y a eu quelques autres moments avec lui. Des endroits où j'aime bien aller avant de me coucher. Pour rajouter une couverture à celles qui me réchauffent physiquement. Mais c'est dangereux. Parce qu'il a beau être un souvenir, il reste frais dans mon échelle du trauma. Parce que c'est le dernier à avoir provoqué un BOUM mais aussi le dernier (et vraisemblablement le Dernier) à avoir provoqué un CLAC.

C'est un endroit plein d'orties, de barbelés et de mines prêtes à exploser, mais les bons souvenirs, les papillons dans le ventres dignes de héros Harlequin, le bonheur en intra-veineuse, lui, sont cachés derrière. 

Les souvenirs sont plus safe sans humains dedans. C'est ceux que je m'évertue à créer dorénavant. 


mardi 23 janvier 2018

Sex, death and lanscapes




En ce moment, je suis dans ce petit carré en bas à droite. 
Je sors très rarement de ce carré. 
Et quand, dans deux mois, je vais m'envoler loin de France, je vais prendre ce petit carré avec moi. 

Une chance m'est donnée de tester la nouvelle moi en territoire vierge. Avec des gens qui ne me connaissent pas et sont a priori bienveillants. 

Cette perspective me stimule tellement que je ne suis qu'apathie en attendant.

On me prédit que je ne rentrerai jamais. Que je vais me trouver un bûcheron - ou un premier ministre, et en finir avec la misère Parisienne, qui oblige à toujours courir après l'argent.

Je ne sais pas. J'en attends peut-être trop. Cette escapade apparaît comme le sas de mon entrée dans la trentaine. Je m'envolerai trois jours après mes 3.0.
L'occasion de faire le bilan de mon premier tiers de vie. Comme s'il y allait en avoir deux autres, ailleurs qu'en théorie. 

J'ai relu ce que j'écrivais il y a 10 ans ici, pour voir le début du chemin parcouru et aussi, j'avoue, pour comprendre pourquoi des personnes chères qui aimaient tant ce que je pouvais y raconter se sont désormais lassées.

Et contre toute attente, j'ai compris.

J'étais pétrifiée, dans la vie. J'étais la petite pâte rose du comics, sans sa coquille. Et on attendait de moi que j'affronte tout toute seule et sans fléchir. Que je sois ouverte à l'inconnu, même si l'inconnu était ultraviolent.
Alors je comblais avec ce que j'écrivais ici - même si techniquement j'ai changé d'adresse. 

J'étais drôle, impertinente et sans-peurs. J'étais la meilleure version de moi-même. Celle qui a réussi le tour de force jamais réitéré dans la "vraie" vie : faire tomber quelqu'un(s) amoureux d'elle.
Peut-être parce que la vraie moi s'est trouvé un carré protecteur et qu'elle est désormais imperceptible. 

J'étais vaillante. J'étais brillante et pleine d'esprit. Je peux le dire maintenant, j'étais Slapette et elle me manque un peu.

Depuis, elle a été enterrée par nombre de cerveaux académiques qui sont payés des clopinettes à vous faire entrer dans le crâne à quel point vous êtes médiocre.
Par nombre de gens stressés qui ne prennent plus le temps de rire à vos blagues.
Par nombre d'esprits normés qui sont focalisés sur leurs petits carrés à eux, la quête pour les obtenir - la guerre pour les conserver.

J'ai compris que c'était chacun son carré. Que je n'avais plus l'énergie d'être merveilleuse, époustouflante et extravagante. J'ai à peine l'énergie de garder mon calme.

Quand bien même, mes éclats me manquent. Tout était plus intense lorsque j'étais elle. 
Quand bien même, je n'ai aucun regrets. Je n'aurais jamais pu tenir la distance. 
J'ai fade away plutôt que burn out et j'ai trahi la petite Johnson aux sourcils perpétuellement froncés.
Pour autant, je ne l'ai jamais oubliée, et n'est-ce pas ça, qui lui importerait le plus ?