mardi 12 août 2014

There’s life after work and it can be such fun




I quite liked myself, all this year. But that's gone now.

Je pourrais continuer à écrire en anglais. J'écrirais mieux en anglais ce qui se passe actuellement dans ma tête. Parce que ma vie est, plus que jamais peut-être, en cette langue actuellement.
Je me suis surprise, il y a quelques semaines, à téléphoner à quelqu'un pour m'assurer de la langue à employer avec un autre. 

Ce serait tellement plus simple, si on pouvait tous se comprendre. Quelque soit la langue employée. Et si on pouvait adapter son langage à sa sensation et à son vécu du moment, et pas à l'autre. Je perds tellement de temps à essayer de comprendre comment me faire comprendre. A parler pour ne rien dire, juste pour tester les limites de ce que mon prochain peut entendre, peut accepter.

J'ai de la chance, beaucoup de chance, je suis entourée de gens à l'esprit élastique, capables d'engranger un flot impressionnant de mes palabres, qu'elles soient auto-mutilantes, perspicaces ou bienveillantes. 

J'ai l'impression, en quittant ma confiance en moi rayonnante (à cause de pas mal de trucs vilains m'étant tombés sur la gueule en très peu de temps, au propre comme au figuré), j'ai l'impression de me retrouver. Du moins la "moi" confortable, celle que j'ai été la plus grande partie de ma vie.

J'ai troqué mes vêtements de grande fille pour mes vieilles frusques informes d'adolescente, mon sourire et mon port de tête digne pour mon tirage de gueule/regard rivé à mes pieds habituel. 

Pendant un an j'ai été forte, fière, conquérante, frondeuse parfois. Je me kiffais grave. Je prenais des décisions sans faillir, je persistais, j'essayais de tout arranger, et parfois j'y parvenais. 

Je suis redevenue la Johnson craintive, asociale et angoissée. Celle qui accueille avec un sourire en coin le fait de n'avoir rien de prévu du tout pour la semaine, car elle va pouvoir se recroqueviller sur le canapé pour lire toute la soirée. Sauf que maintenant, il y a un chat pour réchauffer ses longues soirées du mois d'août. 

Je ne comprends décidément personne, et moi pas plus que les autres.
Mais j'ai quand même eu une révélation. 

Une seule.
Alors que ma vue s'est couverte d'un rideau rouge sang, que ma tête a grondé et que mon arcade a cédé. Après m'être maintenue au lavabo en grognant entre mes dents pour ne pas tomber sur le carrelage en plus du reste. Ne pas s'éteindre. Ne pas fermer les yeux. La tête lourde, un bandage fait à la va vite. Je me suis assise, sous le regard apeuré du chat qui ne comprenait pas trop ce qui venait de se passer, ce qu'il venait de faire. Je me suis assise, la tête en sang, et j'ai réalisé que ma vie était profondément débile.

Je cohabite avec quelqu'un que je ne connais pas et qui pourrait sortir de ma vie aussi vite qu'il y est entré, ça ne m'arrive jamais, d'avoir autour de moi des gens qui ne comptent pas et réciproquement, je m'attache à tout le monde, alors me dire qu'avec ou sans lui, ce serait pareil, en réalisant qu'en me voyant pisser le sang, il est incapable de me proposer 5 minutes de son temps histoire d'aller me chercher de quoi ne pas être défigurée pour la fin des temps à la pharmacie, c'est un peu déstabilisant.
Et ce n'est pas tout : je vis avec un chat suicidaire qui pourrait disparaître en un claquement de fenêtre, je m'apprête à m'appauvrir toute seule et durablement, en bossant plus que jamais pour un salaire de stagiaire, j'avais enfin vaincu ma phobie sociale et gagné une confiance en moi auprès de la gent masculine qui a volé en éclats, si bien que je suis à nouveau convaincu d'être un monstre. Le fait d'avoir une cicatrice me barrant le côté droit n'aide pas, et le fait que l'unique phrase de mon père à mon égard ce week-end ait été "T'as pris du poids toi, non ?" me pousse un peu plus loin la tête sous l'eau. 
Je suis dans une phase "à quoi bon". Où les regards plein de pitiés de mes gens sont mieux que rien, mais me font quand même mal partout. 
Où, quand on me pose la question de savoir si je vais bien et que je réponds franchement et qu'on jette un regard sur le côté en baillant et en enchaînant sur son nombril et sa relation "qui va trop trop bien et qu'il est formidable" sans même prendre la peine de me dire "That's too bad Johnson" alors que je viens de subir le revers le plus cuisant enterrant et annihilant toute tentative de vie amoureuse pour les douze prochaines années : j'ai envie de virer la personne de ma vie.

J'ai développé une allergie à l'humain. A l'égo. A l'égocentrisme. Je ne sais pas trop. J'ai envie de vomir à cause du comportement de beaucoup autour de moi. De gens proches. Et je me fais gerber moi-même quand je m'impose à la vie d'autrui en mode "C'est re-moi, je suis à nouveau malheureuse ! Je vous avais pas manqué hein ? Et bah tant pis.".

Donc il vaut mieux que je reste sous verrou. Que je dispense mes sourires-répondeurs "je ne suis pas là pour le moment, repassez en 2018 avec votre bonheur/vos malheurs/vos leçons de vie pour que j'aille mieux". Que je continue de ne voir que les quelques uns qui comptent vraiment. Qui comprennent un peu, ou en tout cas qui essayent. 

Avec tout ça, j'ai perdu 10 ans et revoilà la Johnson de seize ans.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Veuillez écrire un truc après le bip visuel : BIP