dimanche 23 février 2014

Got to make sure that my life will be great



Je crois que je passe 80% de mes journées à retenir ma respiration et à ne pas cligner des yeux, de peur que tout cela s'envole.

Ce calme. Cette tranquillité. Cette stabilité. 

De peur que le chat, l'appart', les promesses de lendemain lumineux s'envolent en un clin d'oeil comme c'est arrivé il n'y a pas si longtemps.

Pour autant, la peur de perdre ce que j'ai n'est pas handicapante. Elle ne m'empêche pas d'avancer.

Je vis tout comme dans un rêve très opaque. Ce genre de rêves où il reste une petite partie de libre-arbitre. Où l'on arrive à diriger ses actions dans un environnement pourtant surréaliste. Ce genre de rêve où on se dit "Et si je faisais ça ? On s'en fout, c'est un rêve !".

C'est dans cet état d'esprit brumeux que j'ai recommencé à écrire. ON NE HURLE PAS. Je vous vois arriver avec vos gros sabots, la fanbase là-bas, oui, vous deux, c'est bien à vous que je parle. 

On ne s'emballe pas. 

J'ai gagné mon pari avec moi même. Ma remise en forme des dix doigts. Commencer à écrire à des gens, pour avoir une sorte de culpabilité cuisante si jamais je ne le faisais pas. Puis retrouver un rythme de publication ici et sur l'autre blog car, là encore, il y a une attente relative qui me permet d'avoir une motivation certaine. Et enfin, occuper mes journées de chercheuse d'emploi à de l'archéologie de mes textes.

Le fait est que j'ai 15 débuts de roman tous plus brillants les uns que les autres. Ca, c'est mon oeil d'éditrice qui le sait. Mon oeil d'auteur, lui, sait très bien que c'est perdu d'avance car ces textes sont morts dans ma tête. Je serai incapable de les poursuivre. Les personnages ne prennent plus vie dans le background de mon esprit et l'imagination n'est pas là. Comme j'ai fait l'erreur de ne pas écrire de plan détaillé, je ne peux pas attaquer l'iceberg par un autre morceau. Je dois donc me faire un deuil, pour le moment. Pour certains textes dont le potentiel a été repéré, par vous, par d'autres, et accepter que le texte que je retravail dans sa version finalisée (!), soit celui qui ait sûrement été le plus démoli par mes critiques de confiance.

Car il est terminé. C'est un des seuls de mes romans menés à biens. Un texte dont l'idée m'est venue en 2006 et dont le premier jet a été achevé lors de mon année de licence, entre 2008 et 2009. Le temps de repos a été long. J'ai commencé le tome 2 en cours de route. Et je me suis dis, damned, le potentiel de divertissement de ce truc est tel qu'il me divertit moi-même. Ca n'est pas rien. 

Alors voilà. J'ai édité 112 pages sur 150. Je prévois d'apposer la dernière touche la semaine prochaine et j'ai une liste toute prête de 5 éditeurs dans les lignes édito desquels ma prose pourrait rentrer. 

Si la réponse est négative, j'aurais tenté. Si la réponse est positive, moins que la publication (qui ne m'impressionne plus du tout maintenant que j'ai vu comment ça se passait de l'intérieur), j'attends qu'on m'attribue un éditeur à moi, l'éditrice, quelqu'un d'extérieur payé pour me mettre des coups de pieds au cul et me forcer à bûcher sur mes plans et mes projets laissés pour morts. 

C'est super sain non ? On dirait presque que je sais où je vais. 

J'observe les gens mettre de l'ordre dans leur vie et ils m'inspirent. Je ne reste pas les bras le long du corps à me dire "si seulement ça m'arrivait à moi aussi.". 

I'm in a good place and I love every minute of it.

2 commentaires:

  1. :) si tu savais à quel point je suis fière et contente pour toi !

    RépondreSupprimer

Veuillez écrire un truc après le bip visuel : BIP