dimanche 13 février 2011

[Semaine de l'hormone #1] Ouverture des hostilités

S'il est une institution de ce blog, c'est bien sa semaine annuelle de débridation trépidante.

Depuis 2007, la semaine de l'hormone ravit les jeunes filles, les gays de tous pays ainsi que les parents des garçons dont le patrimoine génétique est ici sanctifié.

Il s'agit d'un article par jour pendant une semaine mettant en lumière un membre de la population masculine qui a gagné au loto de mère nature. La semaine de l'hormone a déjà accueilli en son sein des noms aussi prestigieusement jubilatoires que : Cillian Murphy, Michael Fassbender, Taylor Kitsch ou encore Matthew Gray Gubler (désolée, les filles, les archives sont sous clefs). Oui, il y'en aura pour tous les goûts, du brun, du blond, du petit, du grand, du moche.

Normalement, cette semaine se tient en novembre, pour moult raisons : ce mois est le pire du monde, pour rendre hommage au jour de naissance de Klervi, mais aussi la mort de Yasser Arafat (le 11).

Cette année, sous la pression de toutes mes amies célibataires, j'ai décidé de vous offrir un cadeau de st Valentin qui durera toute la semaine. Parce qu'on est comme ça sur Love Street.

Je vous propose donc de commencer avec une valeur sûre, aussi doué de l'intérieur que de l'extérieur, notre premier gourgandin sera sûrement le plus exotique de cette semaine, j'ai nommé :

Gael Garcia Bernal.

Exception brune à ma prédilection blonde, ce mexicain de 32 ans n'a peur de rien.


La mauvaise Education - Extrait Gael Garcia Bernal Quizaz



DE RIEN.



Gael Garcia Bernal - Quiero Que Me Quieras


 Non, VRAIMENT, on a dit DE RIEN :


Ce qui frappe en premier chez Gael c'est ce regard de petit animal perdu qui n'attend qu'une seule chose : être choyé par vous et rien que vous.


Le reste de la magie est assez incompréhensible : il a quasiment un oeil qui dit merde à l'autre, une bouche de canard et un sourire débile.

(Si :)

Mais Gael a une hygiène irréprochable, et ça, c'est important :

 

Ce qui peut faire la différence entre être ou ne pas être un bogoss tient parfois à des détails, chez Gael, ce détail est en double puisqu'il s'agit de ses oreilles :



Que je trouve très mignonnes (non, vraiment).

Mais ça n'est pas tout, pour faire la différence, jouer un sex symbol intergénérationnel aide beaucoup, et c'est ce qu'il a fait en incarnant le jeune Che dans Carnets de voyages de Walter Salles :

[Le marcel blanc est de toute évidence une épreuve de plus au jeu du "ça passe ou ça casse"]

Autre atout du jeune homme : il possède un meilleur ami au moins aussi hormonal que lui avec qui il aime à tourner des scènes gay friendly, et ça, c'est OVERKILL +1000 pts, megabonus of the dead :

[Diego Luna (Amours chiennes) qui, un jour, aura lui aussi sa place dans une semaine du bogoss, promis, je t'appelle]


Et donc, même avec son petit air de psychopathe :



 C'est sans conteste que Gaelito méritait son rang de bogoss d'ouverture de cette semaine de l'hormone 2011.

Maintenant je vous laisse, j'ai un petit creux et je crois qu'on m'attend...


Que cette St Valentin soit la plus heureuse possible pour vous.

- Johnson


2 commentaires:

  1. Et c'est parti pour une semaine de rêve... Thx Johns !
    J'ai l'impression que je vais avoir des cadeaux du coup.

    RépondreSupprimer

Veuillez écrire un truc après le bip visuel : BIP