vendredi 6 mai 2011

When did your heart go missing ?

Il me regarde plus, il regarde en bas et il dit such a bitch, et moi, je lui réponds "hey", il continue plus fort en me disant que je dépasse les limites du bitchisme, que sur l'échelle de la bitch (mentale, pas comportementale)(va savoir) je suis fukushima.
La semaine dernière, j'avais eu aussi le droit à "mais comment es-tu devenue aussi méchante" et la veille, à une remarque sur mon attitude constamment belliqueuse.

Ca me rappelle ces paroles, I treat you like a princess – But your life is just one big mess.
When did your heart go missing ?

Je ne sais pas exactement ce qui fait que je suis si agressive avec vous, les garçons. Mais, quelque part, vous avez dû le mériter. Prenez vous en à mon père, pour commencer, et puis sautez la case bullies du collège, c'étaient toutes des filles, rendez vous rue-de-l'ignorance-totale où vivent tous les garçons que j'aurais vraiment voulu dans ma vie.

Je ne sais pas. Quelque part en chemin, j'ai fait ma mission personnelle de vous sortir de votre passivité galopante. De votre apathie constante. Non, tout ne doit pas venir à vous, et un garçon qui renonce devant un challenge est le pire tue l'amour possible.

Outre les relations basiques fille/garçon, parlons du rapport "sentimentalo-couplesque". 

Pour info, voici un article qui résume tout à fait ce que j'ai observé dans l'évolution des relations de couple dans mon entourage et qui explique en partie pourquoi je suis à côté de la plaque. 

Parce que j'ai dû trop lire de livres d'un autre temps et prendre pour modèle une époque où les garçons se cassaient un minimum le cul. Au-delà de ça, une chose est sûre : le parisien ne drague pas. Il se laisse à peine draguer, et il a l'adjectif "facile" un peu facile quand cela arrive. Je vous le dis, mesdemoiselles : ils sont nettement moins pimbêches en province - je le sais, j'y passe à nouveau quasiment tous mes week-ends.

Tout ça pour vous dire, je suis une bitch, mais c'est pour votre bien. Si je suis un challenge amical constant (et une quête insurmontable sentimentalement parlant, mais c'est une autre histoire), c'est loin d'être gratuit, et ce n'est pas personnel.

Et en plus, ça permet d'écarter lâches et faibles et de se retrouver entourée des meilleurs.

2 commentaires:

  1. ...ou de personne...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai foi en l'humanité, il restera toujours des braves.

    RépondreSupprimer

Veuillez écrire un truc après le bip visuel : BIP