lundi 28 mai 2012

Driving in your car I never never want to go home

[Because I haven't got one anymore]

 Le morceau de verre s'est enfoncé loin dans mon pied, effilé comme la pointe d'une aiguille, je ne l'ai senti que très tard, quand j'avais commencé à me reposer dessus. Il n'y a jamais eu autant de sang dans mon appartement. 

Il y avait les Smiths. Et je n'ai pas eu à me poser la question, savoir d'où venait ce bout de verre. Il venait d'une nuit où il était là. J'ai voulu ramasser le sang, et j'ai compris deux choses : la première est que je ne commettrai jamais un meurtre sanglant, c'est bien trop difficile à nettoyer l'hémoglobine, la deuxième est que c'est assez simple, finalement, de saigner abondamment. J'étais comme Langlois devant l'oie égorgée sur la neige et puis, et puis, spotify a passé... 


The lanes were silent 
 There was nothing, no one, nothing around for miles 
 I doused our friendly venture 
With a hard-faced 
Three-word gesture 
 I started something 
 I forced you to a zone
And you were clearly 
 Never meant to go 
Hair brushed and parted 
 Typical me, typical me 
Typical me I started something 
 ...And now I'm not too sure
 I started something i couldn't finish / The Smiths

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Veuillez écrire un truc après le bip visuel : BIP